marque normandie bois buche
marque haute basse normandie bois buche

Conseils pratiques pour se chauffer au bois bûche

Au moment de la commande, indiquez à votre fournisseur de bois de chauffage:

- le type d'appareil de chauffage utilisé ;
- la capacité et la durée prévisionnelle de stockage ;
- le ou les jours où la livraison peut-être effectuée ;
- l'accessibilité de l'endroit de livraison (par exemple : route à sens unique, route interdit au plus de 3 tonnes 5, etc.).

Votre fournisseur Normandie Bois Bûche® précisera alors avec vous :

- la longueur des bûches désirées : 25 cm, 33 cm, 40 cm, 50 cm, 1 m ;
- l'humidité désirée : bois sec, bois mi-sec ou bois vert ;
- les groupes d'essences désirés : G1, G2 ou G3
Remarque : Sachant que les essences du groupe 1 ont les meilleurs rendements calorifiques par rapporte aux autres groupes d'essences... ;
- le conditionnement : vrac, palette, filet, big-bag...

N'attendez pas le dernier moment !

Pour pouvoir disposer de bois sec à l'automne de façon sûre, le seul moyen est de s'approvisionner dés le printemps. Les délais sont alors plus court, la disponibilité assurée, et le bois est plus sec le moment venu. A l'automne, les délais s'allongent, la ressource manque, et le froid est là. Il n'est jamais trop tôt pour rentrer son bois de chauffage. Les producteurs de bois de chauffage ne peuvent stocker pour l’ensemble de leurs clientèles.
La première fois, il est prudent de commander un peu plus que la quantité nécessaire estimée, afin de faire tourner le stock d'une année sur l'autre.

Faîtes ramoner vos conduits de cheminées !

Le ramonage doit être réalisé de manière régulière (une à deux fois par an). En outre, il permet :
- de réaliser des économies d'énergie (1mm de suie, goudron ou cendre, déposé sur la surface de l'échangeur de chaleur provoque un effet isolant et entraîne une surconsommation de 8% de combustible) ;
- de réduire les risques d'intoxication (chaque année, 8.000 hospitalisations et mort par an dus à des problèmes de chauffage) ;
- une réduction des émanations toxiques participant ainsi à la lutte contre la pollution ;
- et il améliore la protection des biens et des personnes en réduisant les risques de feu de cheminées.

Aspect législatif selon l’article 31, "les conduits de fumée intérieurs ou extérieurs, utilisés pour l’évacuation des gaz de la combustion doivent être maintenus en bon état de fonctionnement et ramonés périodiquement", avant de préciser que "ces opérations de ramonage doivent être exécutés par un maître ramoneur"... qui remettra un certificat de ramonage attestant de la "vacuité du conduit sur toute sa longueur" qui "doit être conservé par l’usager pour pouvoir être produit à la requête des autorités compétentes".

Un bois de chauffage de qualité est un bois propre et sec.

La combustion de bois humide est fortement déconseillée :
- pour des raisons environnementales : la combustion d'un bois "vert" libère beaucoup plus de substances polluantes ;
- pour des raisons économiques : un bois humide fournit environ deux fois moins d'énergie qu'un bois sec ;
- pour des raisons pratiques : les appareils performants n'atteindront pas leur puissance nominale avec du bois "vert". Le matériel s'encrassera plus vite et risque de se détériorer.

Illustration : Arnaud Vallée ©

Le stockage du bois

Le pire des modes de stockage, et à la fois le plus répandu, est de recouvrir le bois d'une bâche étanche : sous l'effet de la chaleur, l'humidité du sol traverse le bois, se heurte à la bâche étanche, et redescend sur le bois dès que la température baisse. L'humidité stagne, les champignons se développent, le bois se dégrade.

L'idéal est de stocker le bois à l'air libre, en extérieur, sous une tôle ondulée ou une planche inclinée. Eventuellement, une bâche qui ne recouvre pas les cotés. C'est le vent qui fait sécher le bois, en emportant l'humidité superficielle, et qui extrait progressivement l'humidité interne. Le bois supporte parfaitement la pluie directe, à condition d'être protégé un mois environ avant l'utilisation. Il suffit donc de le recouvrir vers la mi-août. Sous la pluie, le bois se lave, perd son tanin, qu'on retrouvera sous le tas de bois, plutôt que sur la vitre de l'insert.

Illustration : Arnaud Vallée ©

Pour plus d'informations :

Téléchargez le guide "Le chauffage au bois" de l'ADEME

hautHaut de page

 

professionsbois
region basse normandie
ademe
ministere alimentation agriculture peche
Mentions légales